Créations d’entreprises, collaborations et rencontres en tout genre, avancées dans les projets … Retrouvez ici toutes les histoires de ces entrepreneur.es audacieux et audacieuses que nous avons la chance d’accompagner au VentureLab.

 

Et pour ne jamais louper une histoire dès sa sortie, suivez-vous nous sur :

Facebook

Linkedin

Instagram

🎉 They did it ! Jonathan Burnay et Sylvie Willems lancent Tool2Care

Félicitations à Jonathan Burnay et Sylvie Willems pour la création de la coopérative Tool2Care (issue de l’Université de Liège), une plateforme web destinée aux psychologues, neuropsychologues et logopèdes qui leur donne accès à des outils d’évaluation validés par l’étude scientifique.

THEY DID IT - Tool2Care

💥 La genèse : Lorsqu’un psychologue ou un clinicien voit un patient, il doit baser sa pratique sur 3 piliers : ses compétences et son expertise, les particularités du patient et les meilleurs données issues de la recherche scientifique.

💡L’idée de Sylvie, à l’origine de Tool2Care, est née de la difficulté de mettre en pratique ce 3ème pilier et de l’envie d’apporter une aide aux cliniciens afin de leur permettre un accès à des données de qualité, en particulier aux outils d’évaluation. « L’évaluation est une des activités clés du psychologue et du logopède. Elle intervient à toutes les étapes de la thérapie et se doit d’être sous-tendue par des preuves scientifiques. Cependant, se procurer des outils d’évaluation de qualité demande un investissement en temps et en argent parfois important que le clinicien ne possède pas. »

💻 Concrètement : Tool2Care propose un moteur de recherche qui référence des outils d’évaluation existants. « Le clinicien pourra ainsi rapidement percevoir s’il existe des données soutenant l’utilisation de l’outil pour le contexte d’évaluation qui l’intéresse. »

De la recherche à l’entrepreneuriat : Après un 1er soutien financier issu de la Région Wallonne (First Spin off), Jonathan a pu être engagé pour entreprendre le projet. L’entrepreneuriat étant totalement inconnu pour lui, il intègre From Research to Business (FR2B) , une formation du VentureLab proposée aux chercheurs qui souhaitent valoriser leurs recherches en projet d’entreprise.

🤝 Une équipe complémentaire : Sylvie Willems (neuropsychologue) et plusieurs collègues (orthophonistes et psychologues) ont initié ce projet, avec l’aide de Jonathan Burnay (psychothérapeute et entrepreneur du projet), Lorraine Lieffrig (orthophoniste) et Johann Schreurs (spécialiste IT).

🌱 Une coopérative … ? : « En discutant avec Luc Pire, notre coach au VentureLab, l’idée de ce modèle s’est imposée très vite car il permet de respecter nos valeurs (le partage et l’éthique) et d’impliquer les principaux intéressés dans la gouvernance du projet, tout en ayant un produit communautaire qui soit soutenu par un ensemble de scientifiques : un véritable gage de confiance pour les chercheurs et cliniciens ! »

👐 … Et des coopérateurs : Après une 1ère phase de financement réussie à hauteur de 120 000 € (soutenue par W.ALTER), l’équipe s’est lancée un 2ème défi : atteindre un montant de 220 000 € en septembre 2022 grâce à un appel aux coopérateurs. Une somme qui leur permettra d’améliorer la plateforme, de lancer officiellement Tool2Care et d’engager les premiers employés !

➡️ Si vous souhaitez les soutenir en devenant coopérateur, c’est par ici : https://tool2care.org/

🎉 He did it ! Flaviano Sangiorgi de Asulae

🎉 Félicitations à Flaviano Sangiorgi, jeune styliste de génie et fondateur d’Asulae , une marque de vêtements handmade qui propose un joli mélange épuré de streetwear et de haute-couture ; en célébrant la nature, le mouvement et l’architecture.

He did it ! Flaviano Sangiorgi

🌊 L’origine : pour Flaviano, les créations d’Asulae lui permettent de dévoiler son passé et son univers. De raconter l’histoire de ce petit garçon originaire de Sicile, petit-fils de couturiers et fils de couturière, « né entouré de machines à coudre, de patrons et d’aiguilles ». De transmettre de la simplicité au travers d’un style qui se veut à la fois minimaliste mais brute d’émotions, « comme le ciel, la mer et l’océan ».

☀️ L’envie : de cette terre gorgée de soleil mais pourtant peu prometteuse pour sa jeunesse, Flaviano voit grandir en lui, petit à petit, une terrible envie de se faire une place dans le monde, avec en ligne de mire, la volonté de percer, de réussir … Mais dans quoi, au juste ? Ce n’est qu’à l’âge de 19 ans qu’il finit par embrasser ce destin « pourtant écrit d’avance » dans l’univers de la mode et qu’il décide d’en faire son véritable métier, en commençant par se former à HELMo Mode.

💡 Le déclic : là où la période du confinement annihile chez certains toute envie créatrice, chez d’autres, c’est tout le contraire. Pour Flaviano, elle commence par l’envie de réinventer le training, devenu le vêtement phare à porter chez soi. « J’ai voulu créer un training qui se porte autant à l’intérieur qu’à l’extérieur, en le rendant plus stylisé afin de pouvoir le porter pour aller au restaurant, par exemple ». Il travaille d’arrache-pied pour sortir sa 1ère collection « Decontrack », qui remporte l’engouement du public sur les réseaux. De quoi l’encourager à créer la seconde, nommée « Nonchalant » et enfin, une 3ème « La Rinascita », une collection qui fait la part belle à la Grèce antique, à ses corps, à ses drapés et à la légèreté des tissus.

🚀 Ce qu’il retient de son parcours ? « J’ai appris à oser, à vaincre mes peurs, à défoncer les portes … Je retiens aussi l’importance de bien s’entourer : ma motivation n’a fait que grandir aux côtés des autres jeunes entrepreneurs. L’émulation collective, ça donne de l’élan ! »✊

👁️ Sa vision de l’entrepreneuriat : « Je suis un artiste qui conçoit l’entrepreneuriat comme un moyen de vivre de mon art. Au début de mon parcours au VentureLab, je me sentais d’ailleurs un peu OUT : la comptabilité, les sources de financements, le marketing … Tout ça m’était complètement étranger. Et pourtant, si je veux réaliser mon rêve, c’est essentiel » !

Son rêve ? « Développer ma marque à la même échelle que Jacquemus, Dior, Chanel … Avoir une maison qui soit reconnue partout dans le monde et qui rassemble la boutique, l’atelier, le studio et les bureaux dans un seul même bâtiment » !

📰 On parle de lui dans ELLE Belgique

📱 https://asulae.com/

📱https://www.instagram.com/asulae.official/

🎉 He did it : Vicente Balseca lance la coopérative Urcaguary

🎉 WAOUW ! Vicente J. Balseca Hernandez lance Urcaguary Coop., une coopérative d’artisans bijoutiers et de citoyens engagés qui partagent l’ambition de créer la première filière de minerais éthiques de Belgique. Leur mission ? Révolutionner le marché du minerais en créant un lien direct entre les mineurs de l’Amazonie équatoriale et les bijoutiers belges.

Vicente Balseca Hernandez lance la coopérative Urcaguary

💥L’origine : diplômé en Sciences des populations et du développement (Université de Liège), c’est lors d’un stage en Équateur, son pays d’origine, que Vicente prend conscience de l’impact de l’activité minière artisanale sur les populations locales … Ces dernières s’accrochant à l’illusion d’un rêve doré pour échapper à la misère, dont l’extraction de la « sueur du soleil » en est paradoxalement l’une des causes premières. Un impact environnemental et sanitaire conséquent aussi, puisque le sol et l’eau sont contaminés par l’un des produits chimiques les plus toxiques qu’il soit : le mercure, utilisé à outrance pour séparer l’or du minerai.

💛 Sa raison d’être ? « Apporter un changement dans ce secteur encore très conservateur. Nous souhaitons éradiquer l’utilisation du mercure, produit qui touche les plus défavorisés : les populations autochtones, la faune et la flore locale. Nous travaillons aussi avec les populations locales pour améliorer leurs conditions de travail et de vie, et envisageons avec elles la restauration des lieux d’extraction, pour préparer un retour à la vie. 🌿

🤝 Une rencontre qui l’a marqué? Celle avec son coach Salvatore Iannello, devenu un ami et un mentor. « Je ne peux être que reconnaissant pour ce qu’il m’a apporté humainement, pour ses conseils, les opportunités qu’il m’a données et tout ce qu’il m’a appris. Merci aussi aux autres coachs du VentureLab qui ont permis de mener à bien le projet : Florence Trokay, Olivier Rahier, Luc Pire et Fabrice Collignon …

🚀 Ce qu’il retient de son parcours : « J’ai poussé la porte de l’incubateur car je ne connaissais rien au milieu de l’entreprise, très éloigné de celui de la recherche. Mais j’étais sûre d’une chose : je voulais créer une structure pérenne qui ait un véritable impact. J’y ai acquis les compétences que j’étais venu chercher, mais j’ai surtout grandi humainement : j’ai acquis de nouveaux codes, de nouvelles soft skills, un nouveau réseau… Ça a été une vraie révolution personnelle. »

Pourquoi une coopérative ? Le modèle de gouvernance lié à la coopérative prend tout son sens pour le projet : « Ce qu’on veut, c’est apporter une vraie transition dans ce secteur. Pour que notre impact soit le plus grand possible, il faut qu’on embarque ceux qui veulent être acteurs de ce processus de transition : les artisans bijoutiers. »

🙌 Vous êtes bijoutier ? Citoyen engagé ? Acteur de changement ? Investisseur ?

➡️ Participez à l’émergence d’un projet qui a du sens et contactez Vicente ici : vicente@urcaguary.eu. https://www.urcaguary.eu

🤝 It's a match : les collaborations d'Artan Rushidi, du projet Artik

La basket est mise à l’honneur cette semaine au VentureLab : quand les uns les vendent, d’autres les customisent : Artan Rushidi, du projet Artik, est un créatif passionné et talentueux qui personnalise vos sneakers.

Les techniques qu’il utilise rendent ses créations uniques : peinture, dessin, tissus, marbrage … ou encore l’effet Terrazzo, qui réutilise les chutes de marbres ou de pierres semi-précieuses. Et parfois, il s’amuse à imiter les plus grands : Klimt, Van Gogh, Baskia ou encore Magritte, à vous de décider quelle oeuvre d’art vous souhaitez porter aux pieds. 🎨

It's a match - Artan Rushidi - Artik

Retour sur plusieurs de ses collaborations qui l’ont porté :

🔹 La chanteuse Typh Barrow : « J’ai eu la chance de lui dessiner une paire qu’elle a même porté à The Voice Belgique ! J’ai par la suite réalisé d’autres commandes pour elle, et je sais que je peux compter sur son soutien pour mes prochaines créations »

🔹 Le Sommet des Entrepreneurs : « Une expérience super riche qui m’a ramené de nouveaux clients, avec 47 nouvelles commandes. C’est aussi là que j’ai rencontré Flore Vasseur, la réalisatrice de BIGGER THAN US, pour qui j’ai eu la chance de réaliser un t-shirt personnalisé. J’ai notamment remporté le prix de la confiance, d’une valeur de 1000 €, remis par BNP Paribas Fortis. Quelle aventure ! Le Sommet a eu un effet boom indéniable sur mon projet et sur ma personnalité d’entrepreneur.

🔹 Levita Magic : « Faire léviter la paire de Van Gogh à l’Opéra Royal de Wallonie-Liège dans l’une de leur boxe, et la voir voler comme par magie, c’était juste dingue ! Une première collaboration qui, je l’espère, devrait en amener d’autres ».

🔹 ITRSNEAKERSTORE : « Ils vendent des sneakers uniques, et moi, je les personnalise. On s’est rencontré au VentureLab et on a décidé d’allier nos forces au travers d’un concours ». 

🔹 La boutique MAIS QUI ES-TU : « Une expérience un peu hors-norme, puisque je personnalisais en live les chaussures que les clients venaient tout juste d’acheter. J’ai réalisé 9 paires en un après-midi » !

📱 Pour suivre son parcours et rester à l’affut de ses créations : https://www.instagram.com/artikcustom/?hl=fr

🎉They did it ! ITRSNEAKERSTORE

Félicitations à Thomas Goémé, Romain Bruls et Dorian Velden pour la création de Itrsneakerstore 👟

They did it - ITRSNEAKERSTORE

🎯 Leur mission ? Permettre à leurs clients de commander des sneakers de grandes marques produites en éditions limitées et de recevoir une paire authentique de manière 100% sécurisée. 

📱Sur leur plateforme, après réception de votre commande, l’équipe se charge de trouver votre paire auprès de son réseau de revendeurs privés et assure ensuite un contrôle de qualité et d’authenticité. https://itrsneakerstore.com

📖 L’histoire : passionnés des sneakers, ces baskets du sportswear qui s’invitent désormais sur les défilés de haute couture, ils décident d’intégrer ce marché du resell en pleine expansion et d’ouvrir leur propre commerce. En juillet 2021, ils intègrent le #VentureLab pour développer et professionnaliser leur business et agrandir leur carnet d’adresses. Coachés par Didier Leclercq et Quentin Poncelet, les trois amis redéfinissent leur raison d’être afin de travailler en synergie et de faire grandir la société. Merci aussi à Odysem, experts en marketing digital pour leurs précieux conseils !

Le coup d’éclat : en novembre dernier ils participent à la Sneakermania, la convention de sneakers par excellence. Une opportunité unique de travailler leur approche client, d’en comprendre les besoins et d’élargir leur réseau de revendeurs. 

✈️ Le monde les attend déjà : « On reçoit des commandes de Dubaï et des Etats-Unis, ce qui nous conforte dans notre volonté de conquérir l’international ».

🚀 Leur vision de l’entrepreneuriat ? « Être Etudiant Entrepreneur, c’est une manière simple et efficace de tester l’entrepreneuriat de manière libre, et la liberté est une valeur clé pour aborder ce métier ».

⬇️ Et maintenant ? « On s’attèle à l’amélioration de l’expérience utilisateur sur notre site ».

➡️ Et ensuite ? Ils souhaitent montrer au travers de leur communication leur ancrage liégeois, afin de mettre en avant leur ville de coeur et se connecter davantage à sa clientèle. « Et pourquoi pas, proposer un pop-up store à #Liège ? »

💭 Leur rêve ? Devenir à moyen terme une référence en Belgique et ensuite en Europe !

🎉 He did it ! Saliou Sarr de Sosmaths

🎉 Félicitations à Saliou Sarr, fondateur de SOSmaths, un service qui met en relation élèves et professeurs de mathématiques en 30 minutes pour les aider à dépasser leurs lacunes et leurs blocages.

Saliou Sarr - Sosmaths

Sa mission : Démocratiser l’aide aux devoirs et permettre aux élèves de ne pas accumuler des lacunes, tout en gagnant en confiance en mathématiques. 

💡 La genèse : Saliou fréquente jusqu’à la 4ème secondaire une école au Sénégal, puis poursuit son parcours scolaire à Schaerbeek. Il étudie ensuite au Campus ISIB (Institut Supérieur Industriel de Bruxelles) et puis chez HEC Liège Entrepreneurs : « Lorsque j’ai décidé de commencer ce Master en entrepreneuriat, j’avais la volonté de développer mon propre projet. Le choix de lier mon activité d’entrepreneur aux mathématiques s’est fait de manière assez naturelle car j’aime cette matière depuis toujours, j’ai d’ailleurs été par le passé tuteur en mathématiques et en mécanique. Au fur et à mesure des interviews, je me suis rendu compte qu’il y avait un réel besoin pour les élèves en difficulté de trouver une solution rapide pour combler leurs lacunes. De là est née l’idée de les mettre en relation avec des professeurs via une app interactive

🤝 Une rencontre qui l’a marqué : « Je me souviens d’une rencontre qui a beaucoup remis en question ma proposition de valeur. Je présentais mon projet à plusieurs professeurs de mathématiques de l’Athénée Athénée Royal Charles Rogier. J’y ai reçu de nombreux feedbacks négatifs, mais également constructifs ! Par exemple, la durée des sessions avec les professeurs était initialement limitée alors qu’en réalité, chaque élève est très différent et a sa propre vitesse d’apprentissage, il est donc plus judicieux de ne pas limiter le timing des sessions. Avec du recul, cet échange m’a beaucoup apporté mais sur le moment-même c’était très challengeant ! »

« Je retiens aussi les discussions avec mon coach du VentureLab Luc Pire, qui m’apportait à chaque réunion un nouveau regard sur mes idées. »

« Enfin, ma rencontre avec Deuse a été un vrai tournant dans la réalisation de mon projet. Grâce à un concours gagné avec eux, mon projet a pu se concrétiser sous la forme d’une première version d’application. Ils m’ont accompagné dans le développement et la réflexion autour de ma solution et des fonctionnalités de l’app. Ça a été un véritable tremplin. Depuis, Deuse est devenu un vrai #partenaire de SOS MATHS. Merci à eux ! »

🎆 Son rêve ? « Apporter la philosophie entrepreneuriale et au Sénégal, qui est mon pays d’origine. J’ai envie d’amener les bagages de mon parcours dans ce beau pays. J’aimerais que chaque individu puisse saisir ses opportunités et créer de nouvelles richesses. »

Toutes les infos d’SOSmaths sont sur le site web : https://sosmaths.be/

👏 Merci à SOWALFIN et aux fonds FEDER pour leur soutien aux jeunes entrepreneurs !

🎉He did it ! Laurent Dohogne de Descover

🎉 Félicitations à Laurent Dohogne, fondateur de Descover, le bureau de conseil en mobilité qui aide les entreprises et leurs collaborateurs à mieux comprendre et adopter les nouvelles motorisations. 🚘

Sa mission ? « Accélérer l’électrification des flottes d’entreprises et améliorer l’impact énergétique de celles-ci, tout en aidant chaque personne à choisir la motorisation la plus adaptée à ses besoins. »

Laurent Dohogne - Descover

💡 La genèse : tout commence le jour où Laurent loue un véhicule électrique. « Je suis tombé amoureux de cette technologie et j’ai partagé cela avec beaucoup d’amis. Je me suis rendu compte que mon entourage se posait les mêmes questions : Comment recharger son véhicule électrique ? Combien de temps peut-on rester sans le recharger ? J’ai tout de suite compris qu’il y avait matière à faire ».

💬 Son parcours : c’est le programme Mini-Entreprise qui donne à Laurent un avant-goût de l’entrepreneuriat, lors de sa rhéto. Il commence alors ses études à HEC Liège et poursuit un Master en Ingénieur de gestion (spécialisation en gestion de la performance). Pendant ce temps, il teste l’entrepreneuriat pendant 3 ans en tant que membre d’HEC Liège Advisory – Junior Entreprise. En 2020, il se lance dans le Master HEC Liège Entrepreneurs durant lequel il développe son projet et dépose sa candidature pour rentrer au VentureLab. Trois mois plus tard, Descover est créé ! Aujourd’hui, Laurent est responsable de projets chez Elneo et entreprend à titre complémentaire.

🔄 Un switch à nous raconter ? Le projet a beaucoup pivoté : « À la base, je voulais ouvrir une concession multi-marques électriques. Mon coach Vincent Pissart m’a conseillé de me confronter à la réalité du terrain en tant que client mystère. Je me suis rendu compte que ce qui me plaisait, ce n’était pas de vendre des véhicules mais de former, communiquer et expliquer. De là est né l’envie de devenir conseiller en mobilité en entreprise, ce qui est plus en phase avec mes valeurs et mes envies. »

🎆 Ton parcours au VentureLab ? « Le VentureLab, c’est une énorme boîte à outils qui offre la possibilité de rencontrer des experts (tels que Julien et Maxime de chez Deuse , ou encore Hervé Woltèche de chez Xolo) et de travailler avec des coachs et les membres du staff qui sont là pour nous aider dans notre réflexion et nous challenger. Sans le VentureLab, je n’aurais pas réussi à avancer aussi vite sur mon projet. »

🤝 Une rencontre qui l’a marqué ? « Mon coach Vincent Pissart qui m’a aidé à me poser les bonnes questions par son accompagnement au top et sa clairvoyance et Olivier Rahier pour son écoute attentive et ses conseils avisés. Je pense aussi à l’Union Wallonne des Entreprises, Cellule mobilité (Colette Pierard, Olivia Boever et Béatrice Schobbens) qui m’a permis de rencontrer des entreprises, m’a apporté de la visibilité et m’a conseillé. »

👁 Sa vision de l’entrepreneuriat ? « Pour moi, c’est une passion, une volonté de faire bouger les choses, d’agir à mon échelle pour le développement durable ».

➡️ Et ensuite ? Laurent lance tout bientôt MyMotorization, un outil de diagnostic pour choisir sa motorisation qui sera destiné aux gestionnaires de flotte et aux collaborateurs.

Retrouvez Descover :

👏 Merci à SOWALFIN et En Mieux pour leur soutien aux jeunes entrepreneurs.

🤝 It's a match : Lipics & Deuse

🤝 Félicitations à Tanguy Gauthy et Tanguy Lambert du projet Lipics, qui se sont associés à Deuse (ancien incubé au VentureLab) pour la création de leur site e-commerce.

Lipics et Deuse

👀 Lipics, c’est qui, c’est quoi ? Une entreprise liégeoise de décoration murale portée par deux amis d’enfance, qui propose des impressions personnalisées et artistiques grand format sur différents supports.

💡 La genèse : les deux entrepreneurs réalisent tout d’abord un premier site vitrine qui leur permet de tester leur projet et leurs hypothèses. Après un an d’utilisation de leur site, et sur les conseils de leur coach Pierre Lorquet, ils décident alors d’investir dans un nouveau site e-commerce proposant des fonctionnalités adaptées à leur clientèle et validées par les utilisateurs du premier site.

Oui mais, comment financer ce projet ? « Nous sommes venus avec un plan financier et des chiffres réels de notre expérience sur un an avec le site alpha. Cela nous a permis de nous projeter de manière concrète sur les résultats à venir, sur la viabilité du projet, et de convaincre les banquiers ! »

Pour cette aventure, ils choisissent de travailler avec Deuse, une entreprise spécialisée dans le développement informatique, qui compte aujourd’hui une vingtaine d’employés : « Nous en sommes très très contents ! Le site est ultra performant et capable de concurrencer les autres sites qu’on retrouve sur le marché de l’impression. Nous les avons choisis à la fois pour leur expérience, mais aussi parce qu’ils étaient passé, comme nous, par le VentureLab ».

Ce site offre de nouvelles possibilités pour Lipics : « Il nous a permis d’automatiser plein de fonctionnalités qui nous permettent de dégager du temps, comme la livraison avec GLS, la comptabilité, la possibilité pour le client de voir sa photo projetée sur un mur, ou encore la vérification automatique de la qualité des photos que l’on nous envoie pour impression. Le processus de commande a, lui aussi, été facilité ! C’est un véritable atout qui nous permet de nous concentrer sur le B2B. »

🔥 Pour découvrir le nouveau site de Lipics créé par Deuse, rendez-vous ici : https://lipics.be/

🎉 He did it ! Nicolas Cremer de Naturalep

🎉 Félicitations à Nicolas Cremer pour la création de Naturalep, une gamme de produits artisanaux à base de savon d’Alep, labellisés Ecogarantie. 🧼

Nicolas Cremer - Naturalep

Sa mission ? « Montrer aux citoyens qu’on peut utiliser des produits de lessive et d’entretien qui respectent l’environnement et protègent la peau à un prix démocratique ». Naturalep vient d’ailleurs d’obtenir le label Ecogarantie pour 100% de sa gamme.

💡 La genèse ? Tout débute lorsque la femme de son associé commence à souffrir de problèmes de peau. Sur conseil d’un dermatologue, on lui recommande alors d’utiliser du savon d’Alep, un savon dont la recette existe depuis des millénaires et qu’ils s’approprient afin de fabriquer leur propre lessive et produits d’entretien. Et là, miracle : les problèmes de peau s’atténuent ! De cette envie d’apporter une solution naturelle et efficace à un problème concret, naît Naturalep. Si au début, la fabrication des produits se déroulait dans un garage autour d’une marmite, aujourd’hui Naturalep est présent dans plus d’une centaine de magasins et propose ses produits via un e-shop en ligne (www.naturalep.be). Venu au VentureLab pour apporter une vision long-terme à son projet, où il est accompagné par Pierre Lorquet, Nicolas déborde d’idées pour la suite !

🤝 Une rencontre qui l’a marqué : Laurent Minguet, le créateur d’EVS Broadcast Equipment, qui l’a embauché à la sortie des humanités pour travailler dans le domaine de l’immobilier (Horizon groupe). « C’est lui qui m’a motivé à me lancer dans l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, c’est également l’un des investisseurs de ma société qui a cru en moi alors que nous étions encore en train de travailler dans une casserole à soupe ». Nicolas cite aussi Labelge, le premier distributeur qui leur fait confiance depuis le début de l’aventure.

👁 Sa vision de l’entrepreneuriat ? « J’adore créer et mettre en pratique ce que je pense. Des fois, je me plante, mais quand ça marche, c’est agréable de se dire qu’on a un impact réel sur la consommation des personnes et sur l’environnement. C’est un entrepreneuriat qui a du sens, et c’est ça qui me plait ! »

➡️ Et ensuite ? Une nouvelle ligne de cosmétiques de soin Naturalep débarque prochainement dans les rayons… mais on ne vous en dit pas plus 🤫

🤩 Son rêve ? Nicolas souhaite que Naturalep devienne la première lessive utilisée en Belgique, pour ensuite un jour conquérir le marché européen.

👏 Merci à SOWALFIN et En Mieux pour leur soutien aux jeunes entrepreneurs qui osent créer demain.

🎉 She did it ! Lucie Dengis de Akalpita

Félicitations à Lucie Dengis pour la création d’Akalpita, une marque de cosmétiques artisanaux, minimalistes et zéro déchet qui propose des shampoings solides.

Lucie Dengis - Akalpita - she did it

Sa mission ? « Sauver le monde », un shampoing à la fois. Ou plus sérieusement : « Convertir le plus de gens à des habitudes faciles à mettre en place dans leur vie afin de réduire leur impact environnemental. »

🌱 Ses valeurs : « Le zéro déchet ! Cela implique que lorsque je prends des décisions dans mon entreprise, je me pose toujours la question de savoir si je fais des choix à la fois durables et écologiques. »

🧬 Son parcours : Elle suit une formation pour devenir conseillère en développement durable à la Haute Ecole de la Province de Namur avec le statut d’étudiant-entrepreneur. Elle a également étudié en bio-ingénierie à l’Université de LiègeGembloux Agro-Bio Tech, qui lui a d’ailleurs mis à disposition un laboratoire pour créer ses shampoings.

💡 La genèse : tout part de son besoin de mettre ses heures de travail au service de la protection de l’environnement, afin d’avoir un impact concret sur la planète. Elle se convertit alors dans sa vie personnelle au zéro déchet et crée une page Facebook pour partager son parcours de transition : les contraintes, les obstacles, les changements à mettre en place … L’objectif étant de rassurer les personnes qui souhaitent faire cette transition. Après avoir rencontré le fondateur de la savonnerie Lîdjeu, où elle commence à travailler en tant qu’étudiante, elle ressent l’envie de lancer sa propre entreprise de savons. D’autant plus qu’à cette période-là, elle produit déjà elle-même à toute petite échelle des savons qu’elle propose à son entourage.

Ce sera finalement la rencontre de Jean-Baptiste de Briocoli (e-commerce belge spécialisé dans le vente de produits éco-responsables) et d’Arno Vandermeulen, incubé au VentureLab avec son projet Utobee, qui la convainc de monter son projet en parallèle de ses études. Et Akalpita était lancée !

🤝 Une rencontre qui l’a marquée : Margaux et Sophie de Singulières., une boutique de mode inclusive située à Liège. Également étudiantes entrepreneurs, elles sont devenues des amies proches, avec qui elle partage les mêmes valeurs entrepreneuriales, le même rythme de vie, les mêmes joies et les mêmes obstacles. Elles se sont rencontrées lors d’une formation digitale DeepInside organisée par le VentureLab et Formalia

👁️ Sa vision de l’entrepreneuriat ? « L’entrepreneuriat c’est une manière de changer le monde. C’est une dynamique de vie, qui fait sortir l’entrepreneur de sa zone de confort pour changer les choses ! »

➡️ Et ensuite ? Lucie souhaite qu’Akalpita devienne rentable, viable et surtout la plus impactante possible tout en restant une entreprise locale. Elle rêve d’un monde où la norme, c’est d’avoir plein de petites entreprises locales à fort impact.

  • ℹ️ Retrouvez Akalpita sur Facebook
  • 🛍 Envie de commander ? C’est ici que ça se passe ! 
  • 📌 À lire : Lucie Dengis interviewée par L’Avenir 

👏 Merci à SOWALFIN et En Mieux pour leur soutien aux jeunes entrepreneurs qui osent créer demain.

Ask Them !, le nouveau magazine du VentureLab Sarah Schlitz rencontre 4 jeunes entrepreneuses du VentureLab